surpresseur

Choix d’un surpresseur : les critères à prendre en compte

Category: Conseils 107 0

La pression d’eau dans les canalisations de votre logement est-elle faible et vous ne pouvez même pas être sous la douche lorsque vous mettez en même temps en marche votre lave-linges ? En optant pour un surpresseur, vous n’aurez plus rien à craindre.

Qu’est-ce qu-un surpresseur ?

Un surpresseur est un équipement de plomberie permettant d’augmenter la pression de l’eau dans les canalisations d’une maison. Son installation est recommandée pour les maisons à faible pression d’eau de robinet (inférieure à 0,3 bar), plus précisément celles qui se trouvent dans un palier d’étages.

Le surpresseur peut aussi servir de système d’appoint pour un dispositif de récupération et de traitement des eaux (pluviales ou provenant des puits). Il permet également de mettre en marche d’autres appareils ou machines électroménagers (lave-vaisselles, lave-linges et autres). En outre, il peut être utile pour entretenir une piscine et faire en sorte que l’eau ne stagne pas.

Avec son système d’automatisme, un surpresseur se met en marche et s’arrête automatiquement. Celui-ci réagit suivant la pression de l’eau.

Quels sont les différents types de surpresseurs ?

En général, on distingue 3 principaux types de surpresseurs :

Le surpresseur basique ou simple

Ce dispositif sert à augmenter la pression du réseau d’alimentation domestique. Pour optimiser sa fonction, il est possible de le jumeler à une pompe immergée ou une pompe de surface. Le surpresseur doit être placé entre le compteur d’eau et le clapet anti-retour.

La pompe surpresseur

Il s’agit d’un élément de liaison entre la pompe et le surpresseur. La pompe surpresseur est notamment adaptée à un usage ponctuel. Elle permet d’avoir constamment une bonne pression. Cependant, elle ne peut pas assurer la gestion de l’ensemble du système de distribution d’eau, notamment si ce dernier est très sollicité. Elle s’enclenche en permanence, à chaque ouverture du robinet, ce qui engendre une dépense d’énergie assez conséquente.

Elle sert aussi de surpresseur complémentaire pour l’arrosage d’un jardin et les sanitaires d’une maison.

En général, la pompe surpresseur est dotée d’un boîtier d’automatisme permettant d’assurer la pression nécessaire pour chaque demande en eau. Pour choisir la pompe surpresseur qui répond aux besoins quotidiens en eau, il est indispensable de bien définir :

    • l’usage qu’on va en faire : pour arroser le jardin ou pour distribuer de l’eau dans toute la maison ;
    • son emplacement par rapport à la canalisation et au dénivellement du terrain afin de réduire au maximum les pertes en charges ;
    • le nombre de sorties d’eau que l’installation doit approvisionner ;

Le groupe surpresseur ou hydrophore

Ce matériel comporte :

    • Un surpresseur.
    • Un réservoir qui peut être à vessie ou galvanisé. Des normes concernant le stockage d’eau potable et le revêtement intérieur du réservoir sont également imposées.
    • Une pompe de surface qui s’arrête automatiquement lorsque le réservoir est plein. Cette action permet également d’éviter sa sur-sollicitation et d’avoir une réserve tampon. Elle permet ainsi d’économiser un peu plus d’énergie.

À noter : Pour que ces dispositifs fonctionnent normalement, il est indispensable qu’ils soient accompagnés des accessoires suivants :

– un kit de raccordement ;

– des préfiltres et filtres : l’utilisation d’un préfiltre est conseillée s’il est prévu d’introduire d’autres sources d’alimentation que celle du robinet (eau de source, fossé, canal, etc…). Pour pouvoir filtrer les petites et grosses particules de sables, il faut le placer entre le tuyau (ou la conduite d’aspiration) et la pompe. Il permet ainsi d’améliorer la résistance de la pompe et de la rendre pérenne.

– deux tuyaux : l’un pour l’aspiration et l’autre pour l’évacuation.

– une protection de fonctionnement à sec.

Comment choisir son surpresseur ?

Pour mieux choisir son surpresseur, il faut prendre en considération les 7 points suivants :

    • Le matériau avec lequel le surpresseur a été fabriqué : il faut que ce dernier soit résistant et durable.
    • La taille et le revêtement intérieur du réservoir.
    • La sonorité, c’est-à-dire le bruit émit par le surpresseur : il est indispensable d’opter pour un surpresseur moins bruyant.
    • La puissance du surpresseur : pour un usage domestique, il en faut entre 800 et 1 000 watts.
    • La pression : un surpresseur stable et performant doit en avoir au moins 2 à 3 bars.
    • Le débit ou le stockage en eau : celui-ci est déterminé en fonction de l’utilisation du surpresseur (individuelle ou collective).
    • La hauteur manométrique totale (HMT) et la hauteur de refoulement.

En tenant compte de ces critères, prévoyez un budget entre 100 et 800 euros pour une gamme de surpresseur.

Related Articles

Add Comment